Vers une force de travail agile

De nombreux experts parlent désormais du « travail agile » comme d’une tendance qui transformera en profondeur le monde du travail d’ici 2025. En fait, près du tiers du bassin d’employés au pays serait déjà composé de ces travailleurs atypiques (consultants, contractuels, travailleurs autonomes). Et ce mouvement devrait aller en s’accentuant, selon une étude de Randstad Canada effectuée auprès d’employés et de cadres en ressources humaines.

Plus de flexibilité pour les travailleurs

Ce nouveau modèle d’organisation et de recrutement est propulsé par les demandes des jeunes travailleurs de la génération Y. Il s’est d’abord installé au sein des entreprises technologiques en créant des milieux innovants, déstructurés et en perpétuel changement. Les jeunes travailleurs qui boudent les postes habituels au profit de plus de flexibilité et de contrôle s’y plaisent.

L’étude révèle en effet que plus de la moitié (55 %) d’entre eux estiment que ce modèle leur donne une meilleure emprise sur leur carrière. Près du tiers (30 %) optent pour ce type de travail parce qu’il leur permet de choisir des projets et des mandats intéressants. Plus de la majorité (62 %) croient que les compétences et le rendement sont plus importants que le type d’emploi et réclament plus d’ouverture des employeurs face aux modalités de travail.

Moindres coûts pour les employeurs

Et cette flexibilité permet aux employeurs d’avoir accès à des travailleurs et à des collaborateurs hautement compétents sans avoir à les embaucher, donc en réduisant les coûts inhérents au travail (avantages sociaux, bureau et autres).

Nombre d’entre eux (21 %) apprécient aussi l’augmentation du rendement opérationnel que leur procure le recours à des travailleurs « agiles ». Ils pensent aussi que l’accès à une telle variété de talents et de spécialisations peut faciliter l’innovation et répondre aux besoins des clients.

Le succès d’un travailleur « agile »

Mais le style agile n’est pas pour tous et s’approprier avec succès ce mode de travail nécessite des qualités précises. « Il faut une bonne tolérance à l’ambiguïté et une très forte capacité d’adaptation », lance Mathieu Guénette, conseiller en orientation à leschercheursdesens.com. « Les travailleurs agiles doivent se structurer, s’autogérer sans devenir rigides, avoir de très bonnes compétences relationnelles et une forte capacité d’innovation », ajoute-t-il.

D’une certaine façon, le travailleur agile doit redéfinir les paramètres de son travail constamment et faire preuve d’humilité. « Ce type de travailleur doit agir comme un partenaire ou un consultant plutôt que de se faire valoir en appliquant ses connaissances, dit Mathieu Guénette, Sa réalité de travail, c’est le changement ! »

Source : http://content.randstad.ca/hubfs/workforce2025/Effectifs-2025-Randstad-Part1.pdf

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#