Les avantages d’être consultant indépendant

De nombreuses entreprises font appel à des consultants le temps d’un projet. Nos conseils pour lancer votre carrière en tant que consultant indépendant.

Vivre des expériences différentes, choisir ses mandats selon ses envies et avoir la liberté de fixer ses tarifs : être consultant indépendant comporte plusieurs avantages. Cependant, les risques de revenus irréguliers ou la peur de la solitude sont autant de facteurs qui peuvent rebuter. Comment partir du bon pied ?

Devenir conseiller indépendant commence par cultiver son réseau

Jacques Albert, gestionnaire de projet T.I, s’est lancé en tant que consultant indépendant en informatique il y a six mois, après plusieurs années dans une entreprise. Pour lui, le principal facteur de succès est le réseau. Communiquer, se faire connaître et toujours chercher à rencontrer de nouvelles personnes sont autant de clés pour réussir, car c’est souvent ainsi que le consultant décrochera son prochain contrat. « Par exemple, j’essaie de dîner avec quelqu’un au moins une fois par semaine », raconte-t-il. Il en profite pour informer son réseau de ses projets actuels, mais aussi pour s’enquérir de ce qui se passe ailleurs. « Quand tu es disponible, l’idéal est de le faire savoir à l’avance », ajoute le consultant.

Rejoindre une association professionnelle

Jacques Albert souligne par ailleurs l’importance d’adhérer au regroupement professionnel de son secteur. Lui-même membre de l’Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (AQI), il explique que cette approche l’a beaucoup aidé, surtout au moment de se lancer. « Les associations offrent aux consultants de précieuses informations et des occasions de partager leur expérience », raconte-t-il. Ainsi, ils élargissent leur réseau, reçoivent des conseils et évitent l’isolement.

Fixer les bons tarifs

Lorsqu’on travaille en indépendant, établir le juste prix pour ses services peut s’avérer difficile. « Il faut avoir un minimum d’expérience, se référer à son association ou à d’autres consultants », estime Jacques Albert. En outre, le tarif reflète aussi le service rendu et, par extension, sa valeur sur le marché.

Conseils fiscaux

Afin d’éviter toute déconvenue d’ordre fiscal, Jacques Albert recommande de faire affaire avec un bon comptable et de bien se renseigner. « S’assurer de bien faire les choses fiscalement est déterminant, car si on ne fait pas attention, cela peut être très préjudiciable », prévient-il.

Pour finir, il suggère de toujours conserver une « zone de confort et de sûreté ». « C’est un conseil que l’on m’a donné et que je tente de suivre : se mettre six mois de salaire de côté pour assurer les transitions », conclut-il.


Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#