Rôle de L’analyste d’affaires — Entre les TI et les affaires

Rôle de l’analyste d’affaires

L’analyste d’affaires intervient lors de la gestion de projets dans les technologies de l’information. Collaborant avec le chef de projet, son rôle est spécifiquement d’analyser les exigences d’affaires avant le début d’un projet. Son travail consiste à identifier, définir, analyser puis documenter les besoins à l’origine d’un projet. Il est le garant de la conformité d’un projet par rapport aux exigences d’affaires et aide à déterminer quels sont les projets prioritaires.

Le travail des analystes d’affaires diffère de celui des analystes systèmes d’information traditionnels car il se concentre exclusivement sur les bénéfices que le projet doit apporter aux affaires de l’organisation. Il se distingue également de celui des chefs de projets et analystes fonctionnels car son rôle est de montrer ce que le produit va devoir faire et non comment il va le faire. Le travail d’analyse des besoins se fait sans aucun engagement vers un produit en particulier.

Tâches 

  • Comprendre le contexte d’affaires et l’impact des projets sur les processus de l’organisation
  • Contribuer à la planification stratégique des systèmes d’information 
  • Documenter la portée des projets, leurs objectifs, leur valeur ajoutée ou encore les bénéfices attendus
  • Traduire les exigences commerciales en objectifs techniques pour les équipes de développement
  • Appliquer des outils poussés de modélisation et d’analyse
  • Assurer un suivi lors des tests et pendant la mise en œuvre

 La place de l’analyse d’affaires dans l’entreprise 

La profession étant très récente, les entreprises ne savent pas encore comment la placer. Pour l’instant, elles testent différents modèles : certains analystes d’affaires dépendent du département informatique, d’autres sont reliés au bureau de projets, d’autres encore sont saupoudrés dans chaque département de l’organisation.

Comme l’évoque Clément Côté, consultant principal au sein du cabinet 2C Solutions et président du chapitre montréalais de l’IIBA, chacune de ces solutions présente ses avantages et ses dangers. « Lorsqu’un analyste d’affaires est relié directement au département informatique, il doit veiller à garder toujours son indépendance et rester ouvert à toute solution, même non informatique. Malgré son étiquette technique, l’analyste d’affaires doit être capable de sortir de la sphère informatique s’il le faut ».

Évolution professionnelle 

Un analyste d’affaires junior débute par des projets simples et dispose d’outils limités. Il se concentre sur les entrevues, la recherche d’informations et l’analyse classique.

Au fur et à mesure qu’il gagne en expérience, il travaille sur des projets plus importants et maîtrise des outils de plus en plus complexes : modélisation, assurance qualité, outils orientés objets, technique UML (Unified Modeling Language ou Langage de Modélisation Objet Unifié)… Il peut ainsi livrer une analyse plus poussée.

Les entreprises qui recrutent 

La plupart des analystes d’affaires sont salariés dans de très grosses entreprises. « La fonction d’analyste d’affaires touche directement à la connaissance de l’entreprise, souligne Clément Coté. Elle est donc plus difficilement externalisable que le développement informatique ». Ainsi, les grosses organisations préfèrent avoir leurs propres analystes d’affaires en interne.

En revanche, des entreprises de taille plus moyenne peuvent recourir à des prestataires externes, tels que CGI ou DMR. Très peu d’analystes d’affaires exercent aujourd’hui à titre d’indépendant.

Actuellement, les secteurs porteurs sont les assurances, la finance, les télécoms et les institutions gouvernementales. Les projets demandeurs en analystes d’affaires sont tous les projets liés au développement : développement Internet, architecture SOA…

Les emplois se concentrent principalement dans les grosses capitales économiques où se situent les sièges des entreprises, telles que Toronto ou Vancouver. L’ouest du Canada a, pour l’instant, tendance à être plus dynamique mais les choses sont en train de bouger à l’est.

Profil de la profession

La profession est légèrement plus féminine. On remarque que les femmes sont souvent issues du milieu des affaires alors que les hommes viennent majoritairement du milieu informatique.

La tranche d’âge la plus représentée chez les analystes d’affaires se trouve entre 35 et 40 ans.

Titre possibles

Analyste d’affaires – Analyste des affaires – Analyste des opérations – Analyste de projets – Analyste des systèmes d’affaires – Analyste fonctionnel – Analyste des systèmes – Pilote de projets -…

Réseau d'emplois Jobs.ca

#