Devenir leader d’opinion en tant qu’analyste d’affaires

Pour les analystes d’affaires, se positionner comme un leader d’opinion dans son domaine est un travail de longue haleine… qui peut être payant ! Marche à suivre.

Tout d’abord, signalons qu’on ne se bouscule pas sur le web francophone pour occuper le créneau d’analyste d’affaires de référence. Par une simple recherche Google, on se rend compte que seulement 1 ou 2 blogues existent sur le sujet et que les #analystedaffaires se font rares sur Twitter. Il y a donc une place à prendre pour un analyste d’affaires qui veut devenir une référence dans son domaine.

Comment atteindre cet objectif ? « L’erreur commune, c’est d’essayer de se positionner en copiant ce que fait le voisin, sans prendre le temps de réfléchir à une stratégie ou à une ligne éditoriale, explique François Gaudreault, consultant en branding personnel et professionnel. Le premier pas est de définir avec clarté la raison pour laquelle on veut être reconnu. Est-ce qu’il y a un créneau, une spécialisation que l’on veut occuper ? »

La question suivante est de savoir par qui on veut être reconnu. « C’est important, car cela va nous indiquer sur quelles plateformes on veut être présent », ajoute M. Gaudreault. Les choix sont nombreux : on peut décider d’alimenter un site web, ses profils sociaux LinkedIn, Facebook ou Instagram. « En tant que professionnel, un site web nous permet de garder 100 % de l’attention sur nous, alors que sur LinkedIn, on se fait rapidement comparer à la concurrence… »

L’analyste d’affaires voudra également établir des contacts dans le monde réel, en participant à des congrès, à des conférences et en s’impliquant dans une association reconnue, tel l’Institut international d’analyse d’affaires (IIBA). « La diversité des actions aide à la diffusion du message », confirme le consultant.

Devenir leader d’opinion: l’importance du contenu

Pour devenir un leader d’opinion, on ne doit pas seulement chercher à être plus visible sur telle ou telle plateforme, rappelle toutefois François Gaudreault. On doit incarner ce rôle en produisant du contenu de qualité, qui démontre notre expertise dans le créneau que l’on cherche à occuper.

« Dans le secteur professionnel, les gens n’achètent pas des services, mais une progression. Il faut faire la démonstration que l’on peut les aider à progresser d’un point A à un point B. »

« C’est là que l’on tombe dans le marketing de contenu, poursuit le consultant. Il peut s’agir d’un blogue que l’on alimente, de vidéos que l’on fait, d’entrevues ou de projets collaboratifs. »

Enfin, François Gaudreault insiste sur l’importance de mesurer ses efforts dans le temps et de viser les bonnes personnes. « Quand un influenceur réussit à percer, on a parfois l’impression que ça arrive du jour au lendemain. Mais quand on regarde de plus près, on s’aperçoit que ça fait plusieurs mois qu’il produisait du contenu. »

« Je dis toujours à mes clients : ne regardez pas vos statistiques. Ayez la conviction que votre contenu s’adresse aux bonnes personnes, et gardez-les toujours en tête quand vous écrivez un texte ou que vous tournez une vidéo. »


Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#